Archives de Catégorie: Exposition

Les amazones et le cancer du sein

Par défaut

Plusieurs pubs pour illustrés cet article :

Étrangement, les deux premières publicités ont été interdites aux Etat-Unis… Enfin, étrangement. Peut-être trop connotées luxe, peut-être trop glamour, trop facilement identifiable à certaines grandes marques. Mais j’avoue ne pas comprendre. Ces publicités ont pour méritent d’être très marquantes et donc de nous inciter, nous femmes, à faire attention à nos seins.

Le cancer du sein touche beaucoup de femmes dans le monde. J’en connais plusieurs d’ailleurs. Certaines ont perdu un sein. Comment vivre avec un sein en moins ? Aujourd’hui, j’avoue que j’ignore ce que je ferai si j’étais dans le même cas. J’espère que je n’aurai jamais à le savoir.

Néanmoins, certaines femmes aujourd’hui revendique le droit de ne pas se « reconstruire ». Elles refusent la reconstruction de ce sein manquant et s’appellent des amazones. Ces amazones s’exposent. A la mairie de Paris.

A partir du 16 octobre, les salons de l’Hôtel de Ville de Paris accueillent une exposition sur le cancer du sein : « Les Amazones s’exposent ». Du 16 Octobre au 8 novembre. Je regrette de ne pas être à Paris pour y assister.

J’ai entrevu à la télévision et sur divers journaux ces femmes. Je les trouve belle.Différentes mais belles. Elles sont souriantes et visiblement heureuses. J’ai toujours trouvé ces femmes différentes après cette épreuve : elles sont plus fortes, profitent plus de la vie, comme si d’avoir autant frôlé la mort leur donnaient encore plus conscience que tout est si fragile que l’on doit en profiter.

 

Publicités

Exposition aux arts décoratifs : Madeleine Vionnet

Par défaut

1Une exposition aux Arts Décoratifs. La mode, est-ce que l’on peut dire que c’est un art à part entière ? Au sortir de cette exposition, plus aucun doute là-dessus.

Madeleine Vionnet, je connaissais déjà. Au moins le nom et quelques robes. Mais son évolution a été fulgurante et ses oeuvres les plus remarquables, impossible d’en trouver une photo… Je parle de ses robes de jour. Des merveilles de simplicité. Tant par la coupe que par l’harmonie qui s’en dégage. Et d’une modernité…

Ses robes, sans hésiter, nous les acheterions aujourd’hui. Certains diraient qu’elles sont classiques. Mais elles sont un peu plus que cela… Elles ont réellement l’ambition de mettre en valeur leur corps des femmes, tout en leur laissant la liberté de leurs mouvements. Je conçois que l’image choisie n’est pas la plus adéquate lorsqu’on parle de liberté de mouvement… Mais quelle femme ne se verrait pas dans une robe aussi somptueuse que cela ?

Madeleine Vionnet est amoureuse du crèpe. Qu’il soit de Chine, marocain ou romain, elle a su sublimer cette matière et tirer parti de son coté presque élastique dans le biais. Il en résulte des robes fort ajustées, sans une ombre d’élastane à l’intérieur. Ses drapés aussi sont fabuleux, mais ils m’ont beaucoup moins marqués que cette simplicité des lignes de ses robes courtes ou de soirée. Même les robes de soirées sont épurées. Tout est aérien.

Que ne donnerai-je pas pour avoir un ou deux de ces patrons…

Spécial geek : Un opéra et des lapins

Par défaut

lapinsGrosse découverte hier aux Arts décoratifs à Paris. Une découverte que mon âme de geekette n’a pas pu s’empêcher de trouver géniale. Voir même extraordinaire. Un opéra ! Et les musiciens ne sont rien de moins que des lapins nabaztag. Ces lapins, cela fait longtemps que je les lorgne. Parce qu’ils font de la couleur, parce qu’ils font de la musique… Bref. Et là franchement, un joli clin d’oeil un peu décalé. Cet opéra, on le doit à Antoine Schmitt et Jean-Jacques Birgé, qui étaient de sombres inconnus pour moi jusqu’à hier.

Les 23 minutes que durent cet opéra semblent courtes en fait. C’est dans une ambiance sombre et feutrée qu’on peut les découvrir. Et en musique. C’est ludique et amusant, absolument pas rébarbatif. J’ai aimé ce clin d’oeil. Vraiment.

Exposition gainsbourg

Par défaut

musee_temp6La cité de la musique expose Gainsbourg. Une exposition qui m’a laissé un goût étrange en bouche… Intéressante mais… Pas assez poussée, pas assez claire. Un peu fouillis, un peu décevante. Des grands pilliers, et une voix off trop présente en certains endroits. Une exposition où justement le son n’est pas assez mis en valeur, trop brouillon. Je suis sévère sur cette exposition qui m’a néanmoins fait passé un bon moment.

Ou peut-être ai-je simplement préféré l’après exposition… Mais l’exposition en elle-même ne m’a pas laissé un goût impérissable. Plutôt l’impression qu’il manquait des choses, qu’il y avait trop d’informations annexes et pas assez de musiques.

Et cette voix off, qui empêchait d’entendre par certains endroits… Dérangeante c’est le mot. Je n’arrive pas à définir précisément ce qui ne m’a pas plu. Il y avait trop de bruits annexes qui faisaient oublier pourquoi nous étions là. Etrange, en cet endroit, la cité de la musique que l’accoustique soit mal pensée…