Archives de Catégorie: Street Grapher

Miss Tic !

Par défaut

2006 (10)Que dis-je : Madame Miss Tic. A ne pas confondre avec celle de Disney. Au détour d’un chemin dans Paris, elle m’a touché. Blam ! Au coin d’un mur, comme ça, sans prévenir. Les photos présentées ici proviennent de son site . Elles ne sont bien évidemment pas libres de droit. Au passage la dame publie et expose. Les livres que j’ai vu d’elle sont tout aussi fabuleux que ces pochoirs.

Je l’ai donc rencontré, au détour d’une rue. A cause d’un dessin, j’ai eu envie d’en savoir plus. Comme la dame est gentille, elle signe ses oeuvres et donc il a été facile de la trouver. Quelle surprise de découvrir qu’il s’agissait d’une artiste reconnue, qui offrait ses oeuvres aux murs de Paris. J’aimais la démarche et j’aimais son oeuvre.

Tout n’est que poésie est jeu de mots, en plus des jeux de jambes des donzelles qui parcourent les rues de la capitale. J’ignore si elle a été apposée sa griffe dans d’autres villes que la ville de Paris… J’avoue que j’aimerai une carte, avec des balades dans Paris où je pourrais la trouver… Mais finalement, j’aime aussi la joie de la croiser là où je ne l’attend pas.

2006 (25)

.

.

Je prête à rire mais je donne à penser… Combien d’adolescents ont eu cette réflexion un jour ? Combien de personnes se sentent en décalage par rapport aux autres, ayant l’impression souvent erronée qu’effectivement on se moque ? Un petit goût de désespoir. Avec une grosse dose d’espoir, sur l’idée de néanmoins réussir à toucher suffisament les gens pour qu’ils aillent au delà des apparences…

.

.

.2006 (45)

.

Mon coté vipère me donne envie de répondre oui. Qu’il n’y a jamais d’actes gratuits, que tout se paye. Pourtant, c’est agréable parfois de voir un sourire donné sans rien attendre en retour… Simplement pour le plaisir de donner ce sourire. J’ai pris l’exemple du sourire puisque finalement, il s’agit là d’un acte simple mais aujourd’hui encore trop rare.

2006 (46)

.

.

Simplement notre monde moderne. Désirer sans faim, désirer sans besoin. Simplement vouloir posséder pour posséder. Acquérir de nouvelles choses, sans se préoccuper du reste… Peut-être qu’un jour nous devrons cesser ce jeu-là…

.

.

.

.

.

.

2006 (53)

.

.

.

La remarque est d’autant plus vrai pour cette réflexion-ci… Nous possédons beaucoup de choses, mais au final, ce sont elles qui nous possèdent. Il suffit de voir notre planète en train de crever et nous en train de consommer. Rien que cela.

.

.

.

.

.

2006 (24)

.

.

.

Une jolie façon de dire que certaines femmes ne désirent pas d’enfants, qu’elles ignorent l’instinct maternelle et ce besoin qu’ont certaines d’avoir des enfants. Besoin compréhensible. Mais lorsqu’on est du coté de celles qui n’en désirent pas, dur de faire comprendre cela aux autres…

.

.

Finalement, en voyant à nouveau ces images, non, je dois voir s’il existe une carte avec la localisation de ces oeuvres.

Un rêveur révolté : Banksy

Par défaut

Une découverte en images, parce que finalement, les mots sont dérisoires pour décrire cette œuvre puissante.

Le nom de l’artiste : Banksy . Toutes les images ici présentées sont de lui. Elles ne sont bien évidemment pas libres de droit. Inutile de le rappeler je suppose ?

redcarpetrats

.

.

L’une des marques de fabrique de l’artiste : des rats. Qu’il associe souvent à l’espèce humaine. J’avais lu une fois, je ne sais plus où et je ne me souviens plus qui a écrit cela qu’en résumé, si le rat avait taille humaine, cette espèce dominerait le monde. Chez Bansky, les rats sont humanisés, très humanisés. Ils mettent un accent sur certaines choses, ils sont un clin d’œil… Ils se retrouvent un peu partout dans le monde.

.

Je me demande d’ailleurs si certaines de ses oeuvres sont présentes à Paris ? Paris n’est bien évidemment pas en manque d’artistes de rue, avec notamment Miss Tic, qui allie poésie et coup de gueule aussi bien que Bansky.

solittletosay

.

.

Ces rats, si humains sont bien souvent humoristiques. Ils dépeignent si bien nos travers. Dans bons nombres de ces œuvres, les rats sont là pour nous montrer nos propres défauts, nos propres illogismes. Et cela en fait des oeuvres terriblement puissantes.

.

Certaines de ses œuvres sont très connues. Connues visuellement, mais j’ignorai toujours qui les avait faites. Finalement, n’est-ce pas un beau compliment pour un artiste, que son oeuvre soit plus connue que lui-même ?

balloongirl_alwayshope

J’ai toujours été touchée par cette image. Le rouge du ballon qui s’envole, la fillette qui cherche à le retenir. Et cette petite phrase, qu’on apperçoit qu’à la fin : « There is always hope »… L’espoir de voir le vent ramener ce ballon ? L’espoir que ce ballon finisse dans les mains de quelqu’un d’autre, qu’il apporte un peu de bonheur… Il y a toujours de l’espoir… Même lorsque nos jouets s’envolent.

flowerchucker

.

.

Et ce jeteur de fleurs… Faire la guerre à coup de bouquets de fleurs… Souchon n’aurait pas pu rêver mieux… La différence également entre les fleurs, en couleur et la silhouette masquée fait également que cette oeuvre « ressort » un peu plus…

.

.

.

.

windowlovers

Cette image, je la connaissais également. Il existe tout un tas de powerpoint et autre qui la reprenne, sans jamais rendre justice à son auteur. Elle est drôle.  Pour la petite histoire, elle a été peinte sur un mur d’une clinique sexuelle. A n’en pas douter, il s’agit ici de quelque chose de réfléchi et pas simplement l’opportunité d’un mur vide ! Et cette image devait être effacée, mais le conseil municipal a voté pour qu’elle soit gardé. Je ne peux que remercier le conseil municipal de Bristol d’avoir eu cette bonne idée.

.

hunters

.

.

.

Il ne s’agit pas ici d’un graph, ni même d’une oeuvre que l’on trouve dans la rue. Mais elle m’a énormément amusée. Et elle fait aussi partie de ces images que je connaissais.

.

.

.

artist-banksy-new-pieces-mali-02

.

.

Bansky voyage également. Il décore certaines parties du monde. Le Mali ici est représenté. J’aime cette poésie, j’aime aussi l’idée d’offrir aux africains des oeuvres d’art. Nous les avons tellement pillé qu’il est juste de leur donner parfois une partie de nos chef-d’oeuvres.

.

.

banksy-in-africa-1

.

.

.

Bansky a également été « décoré » le mur séparant la Palestine d’Israel. Un palestinien lui aurait dit qu’il aimait beaucoup sont travail mais qu’il devait arrêté… Qu’il rendait le mur joli. Alors qu’ils ne voulaient pas de mur…

.

.

.

.

media

.

Je me suis souvent demandé comment les photographes de guerre, les journalistes pouvaient faire leur métier en observant les gens en train de mourir. Visiblement, je ne suis pas la seule à me poser cette question. Et cette image est tellement choquante, marquante. N’est-ce pas là le but d’un artiste que de nous faire réfléchir, que de nous imposer une image choc afin de critiquer une partie de notre monde ?

flower01

.

Et cette dernière image, elle est là pour me rappeler qu’un artiste c’est avant tout quelqu’un qui est là pour rendre le quotidien merveilleux… Je n’imagine même pas mon sourire si je me reveillais un matin avec une image comme celle-ci devant ma fenêtre ou le plaisir que j’aurai de la découvrir au détour d’une promenade…