Replay – Ken Grimwood

Par défaut

Quatrième de couverture :

La mort est un éternel recommencement… Quand Jeff décède d’une crise cardiaque à 43 ans, il se réveille 25 ans plut tôt dans sa chambre d’université, alors qu’il a 18 ans… Tout ce qui appartenait à son présent a disparu… dans le futur. Seuls les souvenirs subsistent. Un peu déstabilisant ? Toutefois, quand on a un quart de siècle d’avance sur l’humanité, on dispose de quelques atouts pour refaire sa vie. Ainsi, Jeff construira une fortune, un couple différent, essaiera en vain de changer le cours de l’Histoire, et ce jusqu’à ses 43 ans où il mourra d’une crise cardiaque… pour se réveiller à 18 ans, cette fois-ci dans un cinéma. Replay! Et ainsi de suite. La raison de ce cycle ? Jeff n’en a aucune idée. Peut-être Pamela, elle aussi sujette à ces retours à la vie, pourra-t-elle l’aider à comprendre. Humour, émotions, rebondissements à la pelle servant une intrigue admirablement ficelée, et Replay donne une dimension multiple au sens de la vie.

Un roman de science-fiction qui a trente ans et qui n’a pas pris une ride… On est ici bien loin de la science-fiction « classique ». L’histoire est simple : le héros meurt inexorablement à 43 ans et se réveille à 18 ans… La possibilité de tout refaire, de tout recréer mais en ayant les souvenirs et le passé d’un homme de 43 ans. Devenir riche à millions, rencontrer l’amour à nouveau, vivre cents vies et n’en vivre qu’une. Le thème déjà vu du voyage dans le temps mais vu de façon plus philosophique. Non pas comme un voyage dans le temps mais comme un retour en arrière. Sur fonds de roman d’amour et de sentiment éternel (sans le côté mièvre, rassurez-vous).

L’écriture est ici très agréable et sert admirablement ce roman coup de cœur. Coup de cœur pour le sujet et coup de coeur pour le traitement du sujet… Sincèrement, un roman qui s’apparente à un page-turner avec la profondeur qui manque habituellement à ce genre. Sans oublier son petit coté thriller puisque forcément, on avance avec le héros et que l’on souhaite comprendre ce qui lui arrive. Et le petit coté roman historique, puisque l’on replonge dans les années 60-70 de façon discrète. Vraiment difficile de tout résumer ici, il est sûrement préférable de le lire pour se faire une opinion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s