Archives Mensuelles: mars 2016

En quête de vengeance – Robin Hobb

Par défaut

en queteQuatrième de couverture :

FitzChevalerie et le Fou ont changé le cours de l’histoire. Puis leurs chemins se sont séparés. Le bâtard de sang royal s’est détourné de ses activités pour mener une existence paisible à Flétribois, quant à son fidèle compagnon, il n’en a plus entendu parler. Jusqu’à ce qu’il le retrouve, mutilé, au hasard d’une balade avec Abeille. Les graves problèmes de santé de son vieil ami et les intrigues à la cour font baisser la garde de Fitz alors que survient le pire : sa fille est enlevée. Le Fou, au crépuscule de sa vie, a laissé échapper des secrets qui pourraient bien conduire de pâles inconnus à user d’Abeille comme de leur prochaine arme. Mais une magie ancienne coule encore dans les veines de FitzChevalerie Loinvoyant et, bien que ses talents d’Assassin se soient amoindris avec le temps, ennemis comme amis vont apprendre qu’il reste toujours la vengeance à celui qui a tout perdu.

Oui !!! Le voilà ! Le tome 3 ! Enfin et il est déjà fini.

J’avoue que j’ai beaucoup apprécié ce tome là. Je ne fera aucun résumé ni aucun commentaire supplémentaire. J’aime cette série et je me suis jetée dessus. Je ne pense pas être vraiment objective sur ce roman tellement j’aime cette série. Et dire que je dois encore attendre un an avant le suivant…

Publicités

Casanova était une femme – Régine Déforges et Sonia Rykiel

Par défaut

soniaQuatrième de couverture :

« … Silence on tourne. On tourne quoi ? L’histoire d’un intrigant, un libertin, un présomptueux, un fou de sexe, de prouesses, un pantin érotique. Mais personne ne le sait. La vérité c’est que Casanova était une femme. C’était Giulietta ou Monica ou Claudia qui se donnait à corps perdu, qui se jetait dans les bras des hommes pour, après, aller se cacher derrière les arbres à l’entrée de Rome. Les fameux arbres où, au début de l’hiver, il y a des fagots qui brûlent.
Là-bas, ces femmes, ils les appellent les lucioles.
Je t’aime.
Bon voyage. Prends soin de toi… »

Deux femmes que tout expose à la lumière des médias échangent une correspondance intime et secrète pendant près de trois années. Pourquoi, à l’heure des contacts rapides, ont-elles choisi de s’écrire plus de cent lettres ? La réponse est dans leurs échanges. Et derrière leur crinière flamboyante et leur réussite exemplaire se profile une part de nous-mêmes.

Voilà une étrange correspondance… J’ignore si ces deux femmes se connaissaient avant d’initier cette correspondance mais leurs écrits sont touchants, on y découvre des femmes libres et fortes, pouvant néanmoins être pétries d’incertitudes… J’ai beaucoup aimé même si parfois, j’ai eu l’impression de lire une correspondance qui ne m’était pas destinée… Elles se livrent, se parlent, se chamaillent, se racontent et nous racontent une amitié, une amitié profonde. Et on découvre ces deux grandes dames sous un autre angle, touchant et mignon.

En somme, un joli petit livre.