Serpents et piercing – Hitomi Kanehara

Par défaut

serpentsQuatrième de couverture :

Dans la nuit zébrée de néons des ruelles interlopes de Tokyo, une jeune fille de 19 ans traîne son mal de vivre et son envie de transgresser tous les tabous. Lorsqu’elle tombe amoureuse d’Ama, jeune punk qui la fascine, c’est un monde qui s’ouvre à elle – celui des piercings, des tatouages, de la chair marquée, entre violence et désir.

Un roman décadent, où l’on suit une jeune fille, Lui, qui plonge dans la culture punk, qui se cherche et qui cherche des raisons à sa vie.

Ce roman décrit la société punk de Tokyo, il décrit une errance et une vie trouble, la quête d’une jeune fille vers une « langue fourchue », la quête d’une jeune fille vers elle-même.

Les personnages sont étranges et pleins de contradictions. Aucun n’est vraiment attachant pourtant. La petite longueur du roman, à peine 160 pages, y participent grandement.

On plonge dans ce roman facilement et on en sort un peu plus difficilement, un peu touchée par le destin pathétique d’une gamine…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s