Surtout n’y allez pas – Antoine Filissiadis

Par défaut

surtoutQuatrième de couverture :

Abonnée aux histoires d’amour qui finissent mal, Corinne aime trop. Sa troisième tentative de suicide l’entraîne une nouvelle fois à l’hôpital, où une femme étrange lui donne l’adresse d’un docteur tout aussi étrange, Gérald Rikson, en lui conseillant toutefois… de ne pas y aller. Puis, sa meilleure amie lui prodigue le même avertissement énigmatique :  » Seul le docteur Rikson peut te sauver, n’y va surtout pas.  » Le désir de Corinne de se libérer de la dépendance à l’amour est plus fort que tout. Non sans appréhension, la jeune femme se porte finalement à la rencontre de ce psychiatre peu orthodoxe qui va l’entraîner dans une thérapie de choc, la contraignant à oublier ses proches, son métier, ses biens matériels et tout ce qui constitue son ancienne identité pour mieux renouer avec elle-même. Le prix est lourd à payer pour briser le cycle de la dépendance, et Corinne l’apprend à travers une suite de rencontres et de péripéties extraordinaires, à l’image de ce médecin dont les méthodes ne sont décidément pas banales. Est-elle victime d’une escroquerie ou a-t-elle affaire à un thérapeute de génie ? Un ouvrage inclassable où le mystère, l’érotisme et la psychologie s’entremêlent subtilement pour former un livre-culte.

J’ai beaucoup aimé ce livre bien que le coté psychanalyse m’ait parfois un peu gênée. Néanmoins, j’ai trouvé que les symptômes de Corinne sont assez significatifs d’un mal que beaucoup de femmes célibataires rencontrent  : vouloir à tout prix se caser, être amoureuse, aimer… Il est vrai qu’aujourd’hui, dans notre monde, cela semble totalement irréaliste de  ne pas aimer, de ne pas être en couple. Il suffit de voir les unes des magasines pour voir à quel point la vie à deux semble nécessaire et à quel point le célibat quelque chose de honteux… Et les rôles d’hommes séducteurs ou chasseurs, bien que caricaturaux, sont néanmoins assez proches de certains hommes que l’on peut croiser…

Après, certaines choses m’ont ÉNORMÉMENT gênée. Comme le fait que cette femme souhaite à tout prix se suicider ou le fait qu’elle accepte sans rechigner de donner les pleins pouvoirs à son psychiatre. J’y ai vu des pratiques sectaires, très dangereuses et la fin positive de ce livre permet de se dire logiquement que ce n’est pas une pratique à risque…

Donc encore une fois, il ne s’agit que d’un roman dont l’écriture est plutôt agréable et l’histoire bien menée. On se laisse vraiment porter par l’histoire et les nombreux rebondissements de celle-ci. Sans compter que ce roman est parfois très drôle. En somme, j’ai beaucoup apprécié et je vous conseille vivement ce livre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s