Archives Mensuelles: avril 2013

Les morues – Titiou Lecoq

Par défaut

moruesQuatrième de couverture :

C’est un roman qui commence comme cela :
«Au début, il y a la sonnette – et la porte qui s’ouvre et se referme sans cesse. Des pas qui résonnent dans l’entrée. Et des embrassades, des «ah», des «oh». T’es déjà arrivé ? J’croyais que tu finirais plus tard le taff. Ouais, mais finalement j’ai bien avancé. Hé, Antoine on va pas parler boulot ce soir, hein ? Ça serait de la provoc ! Un brouhaha généralisé. Des verres qui tintent. T’as apporté les bougies ? Non c’était à Ema de le faire.»
Et c’est un roman qui commence aussi comme cela :
«Depuis une dizaine de minutes, Ema gardait la tête obstinément levée vers la voûte. En suivant des yeux les courbes compliquées des arches gothiques de l’église, elle espérait éviter de pleurer. Mais d’une elle commençait à avoir sérieusement mal à la nuque et de deux il devenait évident qu’elle ne pourrait pas échapper aux larmes de circonstance.»
C’est donc l’histoire des Morues, d’Emma et sa bande de copines, de ses amis, et, si l’on s’y arrête une minute, c’est le roman de comment on s’aime en France au début du XXIe siècle.
Mais c’est davantage.
C’est un livre qui commence comme une histoire de filles, continue comme un polar féministe en milieu cultivé, se mue en thriller de journalisme politique réaliste – au cours duquel l’audacieuse journaliste nous dévoilera les dessous de la privatisation du patrimoine culturel français – et vous laisse finalement, 500 pages plus loin sans les voir, dans le roman d’une époque embrassée dans sa totalité par le prisme de quatre personnages.
Cet ambitieux projet romanesque, qui a pris plusieurs années à son auteur, est une réussite totale.
D’abord parce qu’il se dévore. Que sa lecture procure un plaisir continu, et qu’il emprunte toutes ses voies pour s’inscrire dans une perspective globale avec une acuité, une ironie et une gouaille bien contemporaines, mais en y superposant le paysage littéraire d’une jeune femme d’aujourd’hui qui, petite fille, réécrivait la fin des romans de la Comtesse de Ségur pour celles qu’elle préférait lire.
Cela donne un authentique et passionnant roman français.
Moui, moui, moui… La quatrième de couverture est alléchante mais au final, le roman l’est un peu moins. Nous ne sommes pas ici sur de la chick-lit comme on pourrait le penser, enfin pas tout à fait… Nous ne sommes pas non plus vraiment sur un thriller, ni sur un roman de genre. On est plutôt à la confluence de tout cela, sans que la mayonnaise ne prenne vraiment… Enfin, ça monte un peu mais pas aussi haut que je l’aurai souhaitée…

Je ne vais pas vraiment parler de l’écriture, je pense avoir l’avantage de pouvoir me faire à tous les styles – ou presque. Avantage ou inconvénient, je l’ignore. Le style ne m’a pas vraiment choqué mais il ne m’a pas transcendé. Peut-être parce que l’auteur a voulu donner du fonds à son roman mais voilà. Ce fonds là ne m’a pas vraiment emballé : je pense être trop loin de tout cela pour vraiment m’être prise au jeu.

Pourtant, on retrouve de très bons moments : la bande de filles est bien retranscrites bien qu’un peu clichée… Mais les secrets glauques de chacune d’entre elles alourdissent un peu les rapports, comme si l’auteur pensait que pour qu’un personnage ait de la profondeur, il fallait qu’il ait pris des coups dans la tête… Bref, au delà de ces petites faiblesses, les personnages sont franchement bien amené et chacune des filles a son caractère propre. Les autres personnages ne sont pas trop mal campés non plus mais l’enquête de fonds n’est franchement pas excitante…

Après, l’auteur a voulu joué sur plusieurs tableau : roman politique, roman de société, roman de genre… Ce qui rend parfois le tout un peu brouillon, un peu dur à suivre. Mais ça ne fonctionne pas si mal. Mais c’est certainement le soucis de ce roman. Tout ne fonctionne pas trop mal, ce qui au final en fait un roman pas trop mal. Mais pas plus…

Publicités

Pour un tweet avec toi – Teresa Medeiros

Par défaut

Pour un Tweet avec Toi Teresa MedeirosQuatrième de couverture :

L’amour en 140 signes max. Auteure d’un presque Pulitzer, Abigail Donovan tarde à mettre le point final à son prochain roman. Aussi, lorsque son agent lui ouvre un compte Twitter, se prend-elle au jeu des tweets, retweets, hashtags, etc. « MarkBaynard », professeur d’université en congé sabbatique et twitteur averti, devient l’un de ses followers les plus assidus. Entre la jeune femme et lui, va naître un échange jubilatoire plein de réparties spirituelles et de références aussi drôles qu’inattendues. Grâce à cette étonnante rencontre virtuelle, Abby va retrouver l’inspiration et le goût de vivre. Mais pourquoi rester enfermée devant son écran alors que Mark parcourt le monde ? «Le livre idéal pour réchauffer vos soirées d’hiver. Tendre, drôle et poignant, ce roman vous fera passer du rire aux larmes en un tweet.» Kristin Hannah, auteure acclamée par le New York Times.

J’avoue ne pas vraiment avoir apprécié ce roman : les qualités sont certes présentes et je me me suis pas ennuyée mais les défauts m’ont également gâchée ma joie… Des lourdeurs, des longueurs, trop de références pour apparaître moderne.

Bref, je ne recommande pas !

Le monde de Sophie – Jostein Gaarder

Par défaut

IFQuatrième de couverture :

A la veille de ses quinze ans, Sophie Amundsen, jeune fille « presque modèle », reçoit une lettre d’un mystérieux individu. A l’intérieur, une seule phrase : «Qui es-tu ?» C’est le début d’une étrange correspondance qui l’amène peu à peu à partir sur les traces des plus grandes figures de la philosophie. Un roman initiatique paré de magie devenu grand classique de la littérature contemporaine.

Et bien voilà, je l’ai enfin lu. J’aurai mis le temps de lire ce livre depuis le temps que je le possède sans jamais vraiment oser l’ouvrir… Et je n’ai pas vraiment été déçue ni vraiment emballée. Par contre, j’ai été surprise : je ne m’attendais pas à avoir une histoire en plus de l’histoire de la philosophie, histoire reprenant bien évidemment des questions philosophiques…

Pour être simple, au lycée, j’avais franchement détesté la philosophie et je n’avais absolument pas compris l’intérêt de cette discipline.  Ce livre aura au moins eu le mérite de me faire comprendre cet intérêt, m’aura également informer de façon simple sur les différents courants et sur les différents philosophes. Après, pour être tout à fait honnête, j’avoue avoir trouvé parfois des longueurs, notamment lors des longs échanges par écrit. Un peu trop cours magistral, bien que très simplifié… Mais les dialogues entre le professeur de philosophie et l’histoire même du livre allège cette impression de lourdeur tout en nous permettant de réfléchir sur les questions fondamentales que pose la philosophie.

En somme, je conseille ce livre aux allergiques à la philosophie (ou à ceux le pensant) sans aucune hésitation !