Par défaut

empty L’écriture parfois a un pouvoir relaxant… Plus que tout le reste. Ecrire pour oublier le vide, écrire pour le combler, écrire pour exorciser… Mais cela ne change rien à ce vide… Il est partout, il a tout envahi.

Quinze jours, un mois, cela parait court ou long en fonction des moments. Mais au final, cela ne change rien à cette absence. Cette terrible absence, définitive, que rien ne comble et que rien ne peut combler. Le temps est sensé apaiser toutes les douleurs… La mienne ne cesse pas d’exister. Je ne suis même pas certaine qu’elle ait diminué. C’est toujours aussi terrible de supporter cette absence.

L’absence… Il y a plusieurs absence : une absence de quelques jours, de quelques semaines. L’absence définitive mais en sachant que l’autre existe encore… L’absence définitive qui s’appelle la mort.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s