Dis-moi que tu m’aimes – Francisco de Paula Fernández

Par défaut

dismoiQuatrième de couverture :

Paula, 17 ans, a rendez-vous avec Angel, le garçon qu’elle a rencontré sur Internet et dont elle est tombée amoureuse. Le jour J, elle l’attend, fébrile, mais il n’arrive toujours pas. Elle décide finalement d’entrer dans un Starbucks. C’est là qu’elle croise Alex, un jeune homme très séduisant qui lit le même roman qu’elle. Commence alors un chassé-croisé de rencontres amoureuses. Les trois meilleures amies de Paula, inséparables, assistent à cet imbroglio d’amour, de quiproquos et de rivalités en tous sens !
« Un roman qu’on ne peut pas refermer avant la fin. Les lectrices vont à coup sûr s’identifier à la plupart des aventures, des histoires que toute adolescente a vécues au moins une fois dans sa vie. »
Francisco de Paula Fernandez (qui a pris pour pseudonyme Blue Jeans) est né à Séville. Il commence à écrire l’histoire de Paula sur Internet. Des milliers de lectrices se passionnent pour cette success story, devenue un phénomène littéraire en quelques semaines.

Je pense que l’éditeur a raison… A condition d’avoir 15 ans. Au delà, l’ennui vous guette. Sans compter que ce roman pèse quand même son pesant de pages. Mais la médiocrité s’étale de long en large… C’est ennuyeux, plat et sans vraiment de sens. Un imbroglio amoureux digne des cours du collège. Guère mieux.

Les personnages sont plats, on est dans du mielleux, du romantiques au delà du supportable, des relations relativement fades. Seul bémol : le groupe de filles est plutôt bien décrit et ces personnages là sont relativement attachants. Autrement, les personnages principaux sont des amoureux transits et rien ne semblent bouger dans cette histoire… Néanmoins, l’auteur a pris le partie de décrire chaque scène du point de vue d’un des protagonistes, ce qui est plutôt une bonne idée et cela amène du coup un petit peu de pep’s à une histoire toute fade.

Après une petite recherche sur internet, je suis surprise de voir le nombre de critiques positives que ce livre provoquent et je m’interroge du coup sur mes propres goûts. Peut-être qu’il faut simplement vraiment avoir quinze ans pour apprécier ce roman et que conserver une âme de midinette ne suffit pas ! En résumé, si vous avez plus de 15 ans, ne faites pas comme-moi : passez votre chemin !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s