Cinquante nuances de Grey – E.L James

Par défaut

cinquante-nuances-de-greyQuatrième de couverture : Romantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.
 Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier  jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête. 
Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble. 
Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets.

Et bien il fallait bien que je comprenne pourquoi ce livre était encensé par les lecteurs (enfin lectrice ) et autant décrié par la critique… Et ben, j’avoue ne pas avoir bien compris… De un, pourquoi un tel engouement pour un livre qui n’est qu’une pâle et mauvaise copie d’un livre comme « histoire d’O » ou d’autres livres érotique écrit par Alina Reyes par exemple… Mais il est vrai qu’ici, nous ne sommes pas sur un livre érotique mais sur du « mommy porn »… Et cela change tout ! Enfin, à priori… Ou peut-être est-ce plutôt parce que ce genre de livre a enfin franchi l’atlantique et est enfin arrivé du coté des très puritain anglo-saxon…Parce que la littérature érotique a déjà de forte lettres de noblesse en France : Sade, Musset, Alina Reyes, Pauline Réage, Pierre Louys etc etc… Je me dis qu’en France, les lecteurs ne doivent pas être choqués par ce livre, mais il peut sûrement s’agit pour certains d’une découverte. La littérature érotique est parfois un peu honteuse… Pourtant, par rapport à ce livre, la littérature érotique française est largement meilleure.

Soyons honnête, cela se lit bien. C’est relativement mal écrit mais sans être non plus catastrophique…. On est assez proche de la littérature adolescente pour le vocabulaire et pour l’histoire d’amour en elle-même. Le vocabulaire est limité et relativement répétitif… Donc, c’est vraiment pas de la grande littérature mais cela a l’avantage de se lire donc très vite mais du coup, on a un peu l’impression de tourner en rond.

Et pour en venir à la partie « pornographique », j’ai un peu de mal à voir la différence entre pornographie et érotique et je ne pense pas que cela puisse vraiment changer quelque chose. Mais une chose est sûre, j’ai été bien plus choquée et prise aux tripes par « histoire d’O » que par ce livre. Ce livre est sensé abordé le SM mais bon… Ne connaissant pas vraiment le sujet, je ne pourrai y apporter un oeil expert. Néanmoins, ici, je n’ai pas été transporté dans ce monde… Je l’ai à la limite frôlé et encore… Les scènes de sexe se renouvèlent difficilement. On tourne un peu en rond : l’héroïne semble être une machine à jouir et à être excitée tandis que le héros semble prêt à tout lorsqu’elle se mordille les lèvres… Bref, on se répète beaucoup !

Si vous souhaitez découvrir la littérature érotique, passez votre chemin et foncez vers des écrivains français, beaucoup moins timides et beaucoup plus à l’aise avec les mots : Alina Reyes étant ma favorite ! Après, si ce livre vous tombe entre les mains, il ne mérite pas qu’on le jette au loin mais je doute que quiconque ne prenne son pied en le lisant…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s