Treize raisons – Jay Asher

Par défaut

Quatrième de couverture :

Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis, il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer.

Dans la lignée des romans pour adolescents qui me tombent dans les mains, en voici un pas tout à fait – voir absolument pas – dans la même veine… Il s’agit ici de comprendre ce qui pousse une adolescente qui, à première vue, a tout pour elle, à se suicider…

Sept cassettes circulent vers treize individus, tour à tour… Et sur chaque face, une explication sur pourquoi ces individus ont rendu la vie de cette jeune fille impossible… On suit ici avec une sorte de mélancolie la voie d’Hannah, la jeune fille dont nous savons, dès le départ, la mort. Sa voix est tour à tour grave, rieuse, joueuse, accusatrice… Chaque mot, chaque attitude est pesée, disséquée, en une attitude fort féminine il faut l’avouer.

L’auteur ici a bien réussi à traduire les émois des adolescents. L’alternance des voix d’Hannah et de celle de Clay, celui qui reçoit les bandes lorsqu’on prend le roman en main est bien réussi. Cela apporte parfois de l’air à tout cela, à un récit qui pourrait tourner rapidement à l’enchainement de reproches. La présence de Clay apporte de l’espoir aussi parfois, même si nous savons pertinemment qu’il n’y en a pas et que la fin est d’ors et déjà su.

Ce roman nous plonge dans les méandre de l’adolescence, avec ses travers, avec le coté « à fleur de peau », où tout semble dramatique, même ce qui ne l’est pas tant que cela… Mais où tout s’enchaîne, tout s’entraine… Comment un petit fait entraine chez certain un vrai mal être, comment tout s’enchaine jusqu’à faire que cette personne ne voit pas d’autre solution que la fin.

Un roman touchant. A faire lire à tous ceux qui ont une légère tendance à parler sans réfléchir, à agir sans réfléchir… Un roman qui précise à quel point chaque acte peut avoir des conséquences, parfois dramatiques.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s