Le secret de Ji – Pierre Grimbert

Par défaut

Quatrième de couverture :

Que s’est-il passé il y a cent dix-huit ans sur la petite île de Ji ? Le mystère reste entier. Chacun des onze royaumes, à la demande de Nol l’étrange, y a dépêché un émissaire. Mais tous ne sont pas revenus. Et les survivants ont férocement gardé le silence. Aujourd’hui, alors que le monde a oublié depuis longtemps cette histoire, les descendants de ces Sages sont assassinés les uns après les autres par les terribles tueurs de la secte Züu. Yan, un jeune pêcheur du Matriarcat de Kaul, se joindra, d’abord par amour pour Léti, aux derniers héritiers pour tenter de découvrir le mystérieux secret de Ji. Une longue quête qui mènera ce petit groupe hétéroclite (une magicienne, un guerrier, un noble acteur, un homme qui sait converser avec certains animaux…) à travers les onze royaumes, où ils devront affronter démons, revenants et créatures monstrueuses. Sans jamais être certain que derrière un mystère ne se cache pas un nouveau mystère.

De la fantasy !! Cela faisait longtemps que je n’en avais pas lu et celle-ci était plutôt bonne ! Simplement deux tomes, ce qui change des sagas à rallonge, qui je l’avoue, on tendance à me lasser ces temps-ci… (Bon, il faut savoir qu’il existe une suite à cette série, mais le début se tient déjà très bien et les deux tomes donnent une conclusion à l’histoire du départ !)…

Donc nous avons ici une quête et une course poursuite à travers un monde imaginaire assez bien décrit. L’écriture ici est vraiment agréable et pour une fois, sans être trop dotée de noms compliqués et durs à retenir pour ma mémoire de poisson rouge. Mais il s’agit vraiment de fantasy et pas d’un erzatz matée de Bit-Lit ou autre.

Nous avons donc un groupe de personnages, des batailles, des courses poursuites, des indices donnés par l’auteur par petite dose mais exactement au bon moment. Parfois, avouons le, il y a quelques longueurs mais l’histoire est suffisamment dense et bien amenée pour qu’on continue lors de ces longueurs, en se disant qu’on peut bien continuer un peu, histoire de savoir si… Et c’est là que l’auteur est très fort, il nous amène une portion du mystère, le densifiant tout en donnant une petite clé. Et l’on repart donc dans cette quête, attendant frénétiquement la suite…

Franchement, deux « petits » tomes qui se lisent vite, vite, vite !

Publicités

Une réponse "

  1. Et c’est français. C’est suffisement rare pour être signalé.
    Puis il existe 2 suites ; les enfants de Ji et les gardiens de Ji, qui ont également une fin. Par contre vaut mieux avoir lu les précédents cycles pour comprendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s