Martien, go home ! de Frederic Brown

Par défaut

Quatrième de couverture :

Enfermé dans une cabane en plein désert, Luke Devereaux, auteur de science-fiction en mal d’invention, invoque désespérément sa muse – de toute évidence retenue ailleurs – quand soudain… on frappe à la porte. Et un petit homme vert, goguenard, apostrophe Luke d’un désinvolte « Salut Toto ! ».
Un milliard de Martiens, hâbleurs, exaspérants, mal embouchés, d’une familiarité répugnante, révélant tous les secrets, clamant partout la vérité, viennent d’envahir la Terre. Mais comment s’en débarrasser ?

Voilà un petit roman de science fiction qui se lit bien trop rapidement. Énormément de qualités pour ce livre : déjà c’est extrêmement bien écrit, sans aucune lourdeur. C’est drôle et facile à lire.

L’histoire parait on ne peut plus classique : il s’agit ici de l’invasion de martiens. Et ces fameux martiens sont dotés d’un pouvoir de nuisance assez impressionnant, sans pourtant rien faire d’autres qu’être là. Aucune bataille, aucune invasion brutale avec des armes et des rayons lasers. Ils n’attaquent pas les humains, ils se contentent de débarquer sur terre en masse : un milliard de martien grognon, grossier, impolis dotés de certains pouvoirs : ils peuvent se téléporter et voient dans le noir ou à travers la matière… Sans compter leur incapacité à dire des mensonges !

Tout semble très léger dans ce roman. Mais le fonds du roman n’est pas si léger. De nombreux thèmes sont abordés, des thèmes universels comme l’amour, la guerre, la vérité ou le mensonge. On voit ici l’influence du mensonge, qu’il soit entre individus ou entre états et son influence sur le monde… Le thème du réel est également souvent abordé ainsi que celui de la folie.

J’avoue par contre avoir eu un peu de mal avec la fin du roman, un peu trop abrupte pour moi. Mais au final, il s’agit ici d’un vrai coup de coeur.

Publicités

"

  1. Martien, go Home
    C’est un de mes livres favoris. Comment ne pas rêver que ces martiens débarquent un jour sur terre et qu’on en finissent avec l’Hypocrisie tant vis à vis de sois-même que des autres. Le monde ne serait-il pas meilleur si les hommes politiques, les guerres et les banques devenaient ineptes?

    Le pitch est très simple:
    -Un milliard de petits hommes verts débarquent, ils savent tout sur tout le monde et Ils répètent tout au monde entier.
    -Le monde s’effondre, les dirigeants ne peuvent plus mentir, et les couples également nul n’a plus d’intimité.
    -Et ces fichus martiens n’ont peur de rien, ils ridiculisent tout les hommes et femmes en les traitant de Toto et de Chouquette. Ils sont grossiers, exaspérants, et très marrants.

    Le personnage de Luc Dévereau que l’on peut considérer comme le héros est un peu « décadence et splendeur ». Cet écrivain raté va subitement avoir du succès avec des westerns ringards car le monde est devenu absurde.

    Ce livre écrit dans les années cinquante à un côté vieillot qui en renforce le charme.

    http://sfsarthe.blog.free.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s