Sang passer…

Par défaut

Je vais donc commencer mon coup de gueule par un jeu de mot pourri… Mais je rebondis à nouveau sur un article lu sur rue89… A savoir qu’un donneur de sang ne peut être homosexuel. Du moins, sans mentir : lorsque l’on donne son sang, il est nécessaire de répondre à un questionnaire. Si on est un homme, la question est posée de savoir si l’on est ou non homosexuel… Et si la réponse est oui, on peut dire adieu à son don… Même si l’on a pas de pratique à risque. C’est simplement écrit dans « l’arrêté du 12 janvier 2009 fixant les critères
de sélection des donneurs de sang » : « homme ayant eu des rapports sexuels avec un homme », l’interdiction est totale et permanente. A contrario, si vous êtes un homme hétérosexuel qui a eu un multi-partenariat ou des rapports avec une nouvelle partenaire depuis moins de deux mois, l’interdiction est de quatre mois…

Expliquez-moi en quoi un homme qui passe d’une fille à l’autre mais qui laisse un intervalle de quatre mois est plus succeptible de transmettre le VIH qu’un homme ayant eu une unique relation homosexuelle dans sa vie ? Ou un homosexuel qui a un partenaire régulier ?

Ah oui, j’oubliais !!! Les fameuses statistiques :

« En 2010, en France, le nombre de cas de découverte de séropositivité VIH était de 6 pour 100 000 pour les hétérosexuels. Et de 758 pour 100 000 chez les homosexuels masculins (Données InVS). Le risque d’exposition au VIH était donc 200 fois plus élevé lors d’une relation sexuelle entre hommes que lors d’une relation hétérosexuelle ou d’une relation sexuelle entre femmes. » (Source EFS)…

Sans compter qu’il est possible, pour les homosexuels en couple ne sont pas assurés que leur partenaire est fidèle… Parce qu’en étant hétéro, c’est plus sûr ? Ah et quid des lesbiennes ? A première vue, elles ne sont pas exclues du don… Pas légalement. Mais pourtant, il semblerait bien que parfois, elles essuient également un refus…

J’avoue être révoltée par cette situation. Et même si nous sommes en temps de campagne, je n’entends pas vraiment parler de cette injustice… Pour ma part, je ferai un questionnaire qui ne tiendrai pas compte des préférences sexuelles mais des pratiques, de tests HIV réguliers… Pourquoi faire plus facilement confiance à un hétéro plutôt qu’à un homosexuel ? Comme quoi, encore une fois, être homosexuel c’est vraiment être considéré comme différent…

Publicités

Une réponse "

  1. Les règles légales ont été pensées, et ont dû être orientées suite à des cas pratiques.
    Situation à la con : une personne qui a eu besoin et donc reçu du sang d’un homosexuel, quels recours a-t-il ? On voit de tout et surtout tout type de tarés dans ce bas monde d’aujourd’hui, cette situation peut servir de prétexte à tout un tas de débile (« Ben oui j’ai tué ma femme, mais j’avais reçu du sang d’un homo, ça m’a changé ! » –  » Je réclame 2 millions de dommages et intérêts car ma transfusion ne m’a pas guéri, c’est à cause qu’on m’a mis du sang d’homo ! »)
    Y’a qu’à voir les procès aux USA, je pense plutôt qu’au delà de refuser le sang des homosexuels, ce qui est refusé, c’est les plaintes qui pourraient en découler…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s