Archives Mensuelles: janvier 2012

Les instruments mortels – Cassandra Clare

Par défaut

Un peu de littérature Bit Lit… ou de paranormal romance. Bit Lit est un anglicisme inventé, de « bite » (mordre en anglais) et lit comme… littérature !

Ici, il ne s’agit pas uniquement de vampires, mais de tout un tas de créatures extraordinaire. Une histoire un peu pour midinettes, donc on pourrait s’apparentait ici à de la chick lit (littérature pour filles, voyons.) Une saga qui, à mon sens, est digne d’un twilight. Prenante, bien amenée, un peu de romance, un peu d’action, le tout savamment dosé… Je craignais un peu le coté romance, craignant de le trouver trop prenant, trop gnangnan… Mais finalement, ça se lit vite et bien. Il ne s’agit pas de grande littérature, mais d’une série qui se très facilement. A conseiller à tous les amateurs du genre.

Publicités

Lila dit ça

Par défaut

Lila dit ça de Chimo…

Déroutant comme livre. L’écriture est crue, parfois trop crue… Chimo est un jeune beur, vivant dans une cité HLM. Il pourrait s’agir de n’importe quelle cité, de n’importe quelle autre vie, dans une banlieu morose et glauque. Et au milieu de tout cela, il découvre une petite fleur : Lila… Lila une petite fleur qui s’agite dans la fange et qui s’en défend d’une façon particulière : elle cause à Chimo Lila, elle lui raconte le pire, elle l’excite, elle le transforme… Elle en fait une sorte de petit prince en l’élisant…

Mais ce livre ne m’a pas vraiment plu… L’écriture trop crue, l’histoire un peu trop mélodramatique sur l’anonymat de l’auteur qu’on essaye de me vendre en début de livre, le coté parfois brouillon, parfois poétique… En fait, ce livre est assez différent : l’écriture est assez étrange, le sujet est par contre plus que classique et la banlieue décrite n’en est que plus banale…

 

Millenium

Par défaut

Il était temps que je la lise cette trilogie, depuis le temps qu’elle me faisait de l’œil. C’est totalement par hasard que je l’ai lue au moment de la sortie du film… Mais voilà donc mon verdict.

A la fin du premier livre, je me suis dit que c’était certes un très bon polar mais je n’ai pas compris le buzz qu’on pouvait faire autour de ce livre.
Bien sûr l’histoire de ce premier tome est rondement menée, peu de temps mort, c’est fluide, les personnages sont bien campés, on en apprend un peu plus sur eux au fur et à mesure que l’histoire avance. Mikael Blomkvist est un journaliste, impliqué dans une histoire, au départ assez banal qui se corse de plus en plus. Puis intervient un second personnage, Lizbeth Salander, personnage qui deviendra peu à peu central… Mais à la fin du premier tome, je suis restée un peu sur ma fin… En résumé, un livre agréable mais pas inoubliable…

Mais comme je suis tenace, il était hors de question de ne pas passer au tome 2… Parce que finalement, ce premier tome était pas mal… et que je suis de nature curieuse… Pourquoi autant de buzz ?

Le second tome commence et on se laisse très rapidement prendre par l’histoire. C’est rondement mené, aucun temps morts, aucun ennui… Reste le petit point vraiment particulier : on se plonge ici totalement dans l’histoire de la Suède… Ce qui n’est pas franchement habituel. Autant où je suis habituée et je dispose des références nécessaires si une telle histoire se passait en France, voire aux Etats-Unis, autant où la Suède… Et la Suède est vraiment centrale dans cette histoire…
Et l’histoire du tome 2 tourne et retourne autour de l’histoire de la Suède, de l’histoire de Lizbeth, de l’enquête de Mikael ; les personnages s’étoffent sans que l’on oublie les personnages secondaires. Et lorsque l’on termine le tome 2, quelque soit l’heure de la nuit, il est obligatoire de passer immédiatement au tome 3… Parce que bien évidemment, Stieg Larsson nous laisse dans un suspens incroyable… Néanmoins, une chose m’a semblé invraisemblable et cela m’a un petit peu gêné, mais finalement, je suis passée outre.

Et en avant pour le tome 3, tome que j’ai franchement eu du mal à lâcher avant la fin. Il est dense, il n’y a aucun moment d’ennui dans ce tome… Tout s’enchaine à toute vitesse, à toute allure. On ne veut pas le lâcher avant de connaitre la fin, de savoir ce qu’il va se passer… Bon néanmoins, j’aurai enlevé les 30 dernières pages, qui à mon sens n’apportent pas grand chose…

Reste ce fameux buzz… Cette trilogie est en effet franchement sympa à lire mais je n’arrive toujours pas à comprendre un tel buzz. J’ai déjà lu des romans tout aussi prenants, qui n’ont jamais fait autant de bruit… Peut-être est-ce que l’histoire de Stieg Larsson lui-même a ajouté à ce buzz : l’auteur est décédé après avoir remis sa trilogie à son éditeur. Et il paraitrait même qu’il existerait un quatrième tome qui ne sera pas publié… Bon, néanmoins, ce livre je le conseillerai sans soucis aux amateurs de suspens.