La physique des catastrophes

Par défaut

La physique des catastrophes…

4ème de couverture :

Bleue Van Meer, adolescente précoce, mène une vie peu ordinaire.
Son père, un intellectuel exubérant, la ballotte d’une ville universitaire à l’autre. Ils vivent une relation fusionnelle, multiplient les joutes oratoires et refont ensemble l’histoire de la littérature et de la physique quantique. Mais un jour, Bleue découvre son professeur d’anglais pendue à un arbre. En tentant d’élucider ce drame, elle percera les secrets de son entourage. A la fois roman d’apprentissage et thriller littéraire, L physique des catastrophes propose, sous couvert de jeu, une vision critique inédite de la société consumériste.
Noir, drôle et poignant, ce roman, étourdissant de verve, nous offre une héroïne inoubliable et marque l’entrée en scène fracassante de Marisha Pessl, conteuse-née et enfant prodige de la jeune littérature américaine.

Un roman qui m’a bluffé et m’a tenu éveillé fort tard cette nuit tellement j’avais envie de connaitre la fin ! Le début du roman est certes un peu lent, mais les personnages décrits sont attachants. Le personnage de Bleue est particulièrement réussi. Les autres personnages sont vus plus ou moins, à travers les yeux de Bleue. Et du coup, il faut l’avouer, ils manquent un peu de profondeur. Néanmoins, cela ne m’a pas vraiment gêné…

L’écriture du roman est également assez particulière et on a parfois l’impression d’un inventaire à la Prévert vu la profusion de citations… Ce qui parfois pèse un petit peu, il faut l’avouer. Mais il fallait bien meubler les 800 pages du roman ! Et oui, il s’agit d’un pavé qui pèse lourd dans la poche ou dans le sac à main ! Concernant l’écriture, il faut reconnaitre que c’est extrêmement bien documenté, au point où cela m’a même donné envie de lire certaines de références ! Mais si l’écriture est amusante la plupart du temps et assez rafraichissante, il faut avouer qu’à la moitié du livre, j’ai eu tendance à trouver cela un peu pesant.  Mais ce roman si particulier est également un thriller, un thriller suffisamment palpitant pour que, une fois l’action réellement engagée, on ne puisse plus le lâcher (et ça arrive plus ou moins conjointement au moment où les citations en masse, on trouve ça ennuyeux… ).

En résumé, un très bon moment et une jolie découverte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s