Virée grace à facebook…

Par défaut

Facebook serait responsable d’un licenciement. J’avoue que cette information m’a un peu fait halluciner. Pour différentes raisons en fait.

Déjà, pourquoi diable raconter des saloperies sur son entreprise alors qu’on a des collègues parmi ses « amis » facebook ? Il faudrait revenir également sur la notion « d’amis » sur facebook. Bien souvent, il ne s’agit que de connaissances ou de « potes », bien que parmi eux se glissent nos vrais amis.
Et plus généralement, la question de ce que l’on raconte sur facebook se pose ici. Qu’est-on prêt à afficher sur facebook et que doit-on cacher ? J’ai toujours considéré que facebook était un bon moyen pour s’amuser et non pas pour étaler vraiment ses états d’âmes. Franchement, qui cela intéresse ? Facebook est un excellent moyen de rester en contact avec des gens éloignés, à qui on ne parle pas souvent par manque de temps mais dont les nouvelles font plaisir de temps en temps. A condition que cela ne soit pas trop souvent, avouons-le.

La seconde raison qui m’a fait bondir : comment un collègue peut prendre une capture d’écran pour aller la porter à sa direction ? Quel intérêt pour le-dit collègue ? Une prime ? Un avancement ? Une façon de montrer que l’on est pas ainsi et que l’on est proche de la direction ? Et pourquoi la direction réagit ainsi ?
Peut-être que la-dite direction cherchait déjà une raison pour virer cette personne… Ou peut-être suis-je simplement trop naïve et que je ne comprendrais jamais un tel opportunisme. Je connais pourtant ce type de personne, mais j’ignorai que cela pouvait aller aussi loin.

La troisième raison est plutôt d’ordre humain. Qui n’a jamais critiqué son patron ou quelqu’un de son entourage sur un coup de sang ? Cela arrive à tout le monde lorsque quelque chose ne se passe pas comme on l’espère. C’est fortement humain de râler ou de critiquer. Bien que l’on tâche en général de mesurer nos paroles, sur le coup de la colère, il arrive que nos mots dépassent nos pensées. Et quelle mesure donner à ce genre de paroles ? Doit-on vraiment y faire attention ou simplement attendre que cela passe, avant de poser les choses à plat ? J’avoue que cette dernière proposition a largement mes faveurs. J’ai parfois tendance à râler pour rien, mais je me calme très vite et je préfère poser les choses et les dire calmement.

Dernière raison : comment la justice peut accorder à ce média qu’est facebook un quelconque crédit ? Le fait que ce soit la justice qui accorde raison à l’employeur dans ce cas précis m’indigne. Je pensais que la liberté d’expression était un droit. Je pensais qu’en France, nous avions le droit de dire les choses, même si elles ne sont pas toujours roses. Bien sûr, ici, il y a une sorte de conflit d’intérêt : la personne travaille dans la boite qu’elle critique. Après, la critique était publique et non pas de l’ordre privée. Facebook est une véritable vitrine, où tout le monde a accès ou presque. Mais si cette critique avait lieu simplement dans l’ordre privé et non pas publique, j’ai du mal à comprendre. Je veux dire par là qu’il y a moyen d’assurer la visibilité de nos remarques sur facebook, uniquement par nos amis. Et de là, il ne s’agit plus de vitrine publique si ?

Mais on en revient toujours à la même chose : Facebook crée du lien mais diffuse nos informations. A nous de choisir ce que nous décidons de garder de l’ordre de l’intime ou non. Mais même ici, la limite publique / privée est visiblement peu claire. En clair, je vais d’autant plus me méfier de facebook… Voir même supprimer mon compte. Qui sait ce que je pourrais raconter…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s