Archives Mensuelles: août 2010

Etre une femme version 2010 : féminisme version 2010 ?

Par défaut

Encore une fois, Sardou a réussi un joli buzz médiatique. Déjà, niveau marketing, j’applaudis l’idée de reprendre une chanson comme celle-là. Qui n’a pas dansé sur femmes des années 80 ? En boite, lors des mariages…. Bref.

Chanson culte ou presque, dont tout le monde connait peu ou prou les paroles : l’histoire d’une révolution, des femmes qui s’émancipent, qui crient leur envie de faire ce qu’elles désirent de leur vie, sans devoir rendre de compte. Qui désirent un monde où être une femme n’est pas un obstacle à son accomplissement professionnel, où elles peuvent même « S’installer à la présidence et de là faire bander la France ». On y était. Ou presque.

La chanson version 2010 montre des femmes carriéristes, uniquement carriéristes, visiblement plus capables de mener de front leur vie multiple… Étrange, je n’ai pas l’impression à l’heure d’aujourd’hui que les femmes ont beaucoup changé, qu’elles n’assument plus. Elles continuent de s’occuper des enfants, de leur maison, de leur boulot. Sans que vraiment leur carrière en pâtisse. Enfin si, un peu. Forcément, lorsqu’on s’occupe d’enfants, on est moins présente au travail et on grimpe moins vite dans la hiérarchie… D’où cette femme décrite dans la chanson qui construit sa carrière avant de construire sa vie. Est-ce que c’est parce que je suis une femme que ceci ne me choque pas ?

Roulez jeunesse !

Par défaut

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas posé mes fesses sur un engin pareil. Enfin pas aussi rose que celui-ci, pour être tout à fait honnête.Et j’avais oublié à quel point ceci était agréable.

Si on oublie le froid lorsqu’il fait nuit, le reste de l’expérience était fort agréable. Au point d’avoir envie d’en refaire et d’en apprendre plus… Furygan, Arai, Shoei, Ixxon… Dire qu’il y a si peu de temps, j’ignorai totalement ce qu’il en était. J’avoue, cela m’amuse. Même courir les magasins de moto, c’est dire !

Stop au tabac ?

Par défaut

La solution miracle ? J’en doute. Mais miraculeuse ou presque pour moi.

J’ai cessé de fumer sans problème, sans en avoir vraiment envie en prime. Je ne dispose pas d’une volonté phénoménale, mais d’un petit outil, ressemblant affreusement à un tampax : un inhaleur de nicorette. Rien de bien compliqué : un truc en plastique, contenant des petites cartouches remplies de nicotine.

La dose maximale est de 12 cartouches par jour.

La première approche est simple : on aspire comme une cigarette et une impression de fumer, comme un petit picotement dans la gorge se passe. Donc ce n’est pas désagréable, voir même agréable. L’autre avantage c’est de ne pas nuire aux « rituels clope ». Pour ma part, la pause entre collègues est primordiale. J’ai pu sans problème continuer à descendre avec eux et boire un café, en « fumant ».
Même chose lors d’apéro, lors de barbecue… Bref, la vie classique.

Et l’envie ? Absente… Presque. En fait, lorsqu’on a envie, il suffit d’utiliser ce petit tampax et hop… l’envie disparait. Rapidement, la dose nécessaire diminue. Au point, qu’au bout d’environ 15 jours, je devais être à une cartouche par jour… Et au bout d’un mois et demi, à plus rien du tout. Sans manque.

Bien sûr, il arrive encore parfois d’avoir envie de fumer. Mais un essai sur cet inhaleur suffit à faire tousser. Je n’ose imaginer si cela avait été sur une cigarette.

Bref, un petit appareil dont personne ne parle, ou presque. Trouvé par hasard à la pharmacie. A peine si la pharmacienne me l’a conseillée… Pourtant, une boite et adieu la clope. Alors que je fumais un paquet par jour… Voilà mon petit miracle personnel…