Archives Mensuelles: septembre 2009

Parole de sans papiers

Par défaut

papierUne bande-dessinée… Un coup au coeur, un coup de coeur, un coup de chagrin.

4ème de couverture :

Immigration : n.f
Entrée dans un pays étranger venus s’y installer. (Petit Larousse 2007)

Pourquoi quitte-t-on son pays pour un autre ? Comment se retrouve-t-on dans l’illégalité ? Qui sont ceux que l’on appelle aujourd’hui les sans-papiers ? Quelles sont les réalités de leurs vies ?

Neuf témoignages, neuf auteurs, neuf récits forts pour tenter de comprendre une réalité qui nous concerne tous.

L’introduction est rédigé par José Munoz. Une citation : Je ne suis pas né exilé. Je le suis devenu.

Mais revenons à la bd en elle-même. Je ne suis pas forcément fan des graphismes. Mais les histoires sont poignantes, déchirantes. Des mots qui frappent, des images qui frappent. Une grosse claque dans la gueule et un gout d’amertume en bouche. Un énorme sentiment de révolte. Comment peut-on faire cela à des êtres humains ? Que ce soit l’Europe ou la France… La France, le joli pays des droits de l’Homme… Une furieuse envie de vomir…
Cette BD a été une véritable claque, une plongée dans l’horreur. Un peu comme lorsque j’ai vu pour la première fois « Nacht und Nebel », ce témoignage sur les camps de concentrations. Le même sentiment d’horreur. Comment peut-on faire subir cela à un autre être humain ?

Epaule en vrac

Par défaut

Rough_Pastel_Rose_by_devils_spawn Je suis en congé maladie. Congé ou arrêt maladie d’ailleurs ? Arrêt semble plus logique, puisqu’il ne s’agit en rien de congé. Quoique dans mon cas, cela n’en est pas loin. Je ne suis pas malade, simplement bloquée. Pour 3 jours. Et un week-end. Et c’est long, lorsqu’on ne peut rien faire. Même le pc est impratiquable au vu de la position…

Mais vendredi soir, un peu de beaume au coeur. Ce que ça fait du bien parfois…

Art… ung ?

Par défaut

Marcel DuchampQu’est ce que l’art ?
Vaste question… A laquelle je crains ne pas avoir de réponse. Une discussion enflammée avec un ami à moi qui estime que l’Art doit être joli pour être de l’art.

Déjà, cette première notion varie énormément d’un individu à l’autre. Pour ma part, j’aime la puissance dégagée par certaines œuvres. Avec une découverte étonnante : Chaïm Soutine.  Des peintures qui sautent aux yeux, qui prennent aux tripes et que j’ai découvert avec une profonde émotion.

L’art est partout, et depuis la nuit des temps. Pourquoi les hommes préhistoriques ont ils dessiné sur les murs des grottes ce qu’ils voyaient ? Etait-ce une façon de faire de l’art ? Ou est-ce que cela signifiait autre chose ?

L’homme peuple la Terre de représentation de sa propre personne, de sa perception des choses depuis un bon moment à présent. Comme si son coté éphémère lui imposait de laisser une trace. Mais il ne s’agit pas ici des raisons qui poussent l’homme à faire de l’art mais de ce qu’est l’art en soi.

Est-ce un message ? Est-ce simplement une représentation de notre réalité en un moment T ? Ou bien il y a t’il un autre message ? Un message caché, une envie de l’artiste de nous faire partager son opinion d’une façon détournée et moins accessible que par des mots ? Est-ce que l’art d’ailleurs doit systématiquement véhiculer un message ?

Marcel Duchamps a fait d’un simple urinoir une fontaine. Il est l’inventeur des ready-made. Il détourne l’objet classique en décrétant qu’il s’agit d’une oeuvre d’art. Sa démarche est aujourd’hui, inconsciemment ancrée dans nos mentalités. Plus personne n’est choquée par cela. Sa démarche a permis aux artistes de ne plus être jugés par le travail fourni , par les efforts fournis pour faire une oeuvre. Pour ma part, cette démarche, sortie de son contexte historique me laisse complètement froide, mais elle ouvre la porte à l’art moderne actuel.

Je rejoins cette opinion de ne pas juger une oeuvre sur le temps passé à la faire ou sur la technique utilisée. Je ne suis pas une grande amatrice d’art moderne qui me laisse en règle générale assez froide bien que certaines oeuvres réussissent à me toucher.  Mais pour en revenir au sujet, faut-il nécessairement que l’on trouve quelque chose de joli pour considérer cela comme de l’art ? Ou faut-il qu’il y ait un message caché dans l’oeuvre ?

Je n’ai finalement aucune réponse à cette question universelle. Simplement mon opinion, à savoir que je considère quelque chose comme de l’art à condition que cela provoque en moi une émotion, que ce soit un rejet ou une envie d’en voir plus.

Fête de l’huma !

Par défaut

fete_de_l_huma-110a8Des concerts, des potes et des bons souvenirs engrengés. Il ne faut parfois pas beaucoup de choses pour avoir l’impression d’avoir passé un week-end excellent.

Quelques réflexions en vrac cependant :

  1. Je ne pensais pas qu’en région parisienne, les portables puissent être en panne. Mais visiblement, trop de monde sur un site les empêchent de fonctionner correctement. Je vous laisse imaginer le bordel pour espérer retrouver quelqu’un là-bas !! Et à imaginer l’idée d’y retrouver quelqu’un j’ai quelques sourires… Après, un bon aimant permet parfois de retrouver un aiguille dans une botte de foin. Le hasard peut parfois faire bien les choses !
  2. Pourquoi ne pas avoir mis des poubelles sur le site ? Des grosses bennes. Bon d’accord, elles auraient elles-aussi été vite débordées. Mais cela aurait été moins dramatiques je pense.
  3. La fête de l’huma m’a donnée l’impression d’être un bon moyen pour manger pour pas trop cher et voir de la bonne musique pour pas chère également. Le coté politique par contre est passé, de mon point de vue, presque inaperçu. C’était un peu étrange d’ailleurs.

Mais si on résume, j’ai passé un excellent week-end.

Chaïm Soutine

Par défaut

Soutine-Midi-Paysage3_K452 Une découverte ahurissante. Un véritable coup de coeur pour cet artiste aux toiles torturées, aux coups de pinceaux presque trop violents…

L’artiste est secret. On sait assez peu de choses sur lui, des choses qu’il aurait laissé, autre que ses toiles. Pas de journal, peu de correspondance… Né vraisemblablement en 1884, sans assurance, Soutine est un juif lituanien qui vient en France rapidement. Timide et introverti, il trouve une certaine assurance en devenant ami avec Modigliani. La vie de bohème que mène ces deux là justifie certainement l’ulcère à l’estomac qui emportera Soutine.

Poulet plumé

Chaïm Soutine restera un peintre mystérieux. Mais ses toiles sont saisissantes, puissantes. J’ai l’impression lorsque je les regarde d’être submergées par cette émotion. Je ne trouve pas cela « beau » au sens conventionnel, mais cela me touche, directement aux tripes, aux émotions.

J’avais rêvé que je demandais quelque chose qui m’était déjà accordé. Cannelle du chaos. Je m’était trompé au début. Je croyais aimer la peinture, c’est elle qui m’aimait.

Rien de plus à rajouter finalement. La peinture aimait sûrement en effet Soutine pour lui avoir permis de réaliser ses toiles…

Abba’s world !

Par défaut

3297355125_84411661f0_o« Money, money, money
Must be funny
In the rich men’s world
Money, money, money
Always sunny
In the rich men’s world »

Il s’agit ici d’une référence à la chanson d’Abba « Money, Money, Money » et de mon expérience récente concernant les garagistes. Ma voiture a quelques soucis. 1er garagiste rencontré m’annonce un soucis de turbo, trop vieux, trop ceci et trop cela… Et donc une facture de plus de 1500 €. Le second garagiste m’annonce une facture d’environ 150€…

Si on passe sur le fait que les filles semblent adorer faire de la mécanique en culotte ou en string si on en croit google image, je voudrais comprendre pourquoi systématiquement les garagistes tentent d’arnaquer leur client ? Ou alors est-ce parce que je suis de sexe féminin ? Et que je suis sensée n’y connaitre rien du tout en mécanique ? (Ce qui n’est pas totalement faux).

Expérience marginale

Par défaut

butterfly suicide Un blog dont beaucoup de gens parlent : Social suicide.

L’idée est simple :  jouer durant une année scolaire un être marginal et exclu afin de « montrer à quel point certains jeunes vivent leurs années les plus terribles sous les moqueries incessantes d’une partie de la population. » Et de vivre donc pendant un an dans la vie d’un « boulet »…

Déjà l’idée de « jouer », de ne pas être soi-même me révulse. Mais en prime, il s’agit ici d’exciter sans vergogne les instincts les plus bas des êtres humains que l’on cottoie. Et y a t’il quelque chose de plus simple que cela ? Provoquer le rejet des autres ? Et de l’afficher sur le web, sous des prétextes à moitié falacieux de vivre une expérience inédite.

Faut-il vraiment le vivre pour comprendre la souffrance que quelqu’un d’exclu vit au quotidien ? Tout le monde a croisé un jour ou l’autre un individu qui était devenu la tête de turc d’un lycée… Voir même l’a déjà vécu. Est-ce vraiment quelque chose dont on peut se montrer fier ? Cette absence de réaction de la majeure partie des gens ? De constater que l’humanité en générale n’est pas tendre avec une autre bonne partie ?

Je me demande pourquoi vouloir prouver quelque chose que tout le monde connait déjà. Au lieu de vouloir montrer, pourquoi ne pas chercher à améliorer ? Pourquoi ne pas faire en sorte de changer les sortes ? En tendant la main justement à l’un de ces marginaux ? Forcément, une telle expérience rapporte moins de visiteurs sur un blog. Mais elle a au moins le mérite de servir à quelque chose. C’est l’inutilité de cela qui me gène. Moi qui suis en général adoratrice de futile, je n’aime pas cette futilité là : mentir, cacher, pour au final vouloir démontrer que putain les autres sont vraiment des connards que moi j’ose dénoncer.

Cela me fait penser à certaines images de journalistes, à certains reportages où l’on nous montre par exemple un homme en train de crever de froid. L’information est nécessaire. Mais une fois la caméra coupée, est-ce que le journaliste a été donner une couverture à cet homme ? Est-ce qu’il a agi, une fois qu’il a fait son devoir d’information ? Parce que dénoncer, même si parfois cela démontre un certain courage ne sert pas à grand chose si on laisse faire…