Archives Mensuelles: juin 2009

Elle est froide !

Par défaut

plage_littoralPremière baignade, dans une eau plus que fraiche… Premier barbecue avec des amis et le temps d’un week end l’illusion que l’été est là… Et beaucoup de plaisir de retrouver des gens avec qui on se sent bien.

Rien de plus à rajouter finalement.

Publicités

En attendant Godot

Par défaut

godot

Une pièce de théâtre.  De l’absurde. Le théâtre de l’absurde, comme Beckett ou Ionesco a cette faculté de me perdre. Et j’aime cela. Rien ne semble irréel. Juste humain. Trop. Et décalé. Cette pièce a fait scandale lorsqu’elle a été jouée au début.

Deux clochards, deux autres personnages improbables et un enfant. Et cet improbable Godot que l’on attend. Que l’on espère. On ignore tout du pourquoi cette attente. Mais il n’y a presque que cela. L’attente, les doutes… Et ces deux êtres.

J’ai fait quelques recherches et j’ai aimé ceci, trouvé sur Wikipédia :

Beckett précise aussi en janvier 1952 dans une lettre à Michel Polac :

« Je ne sais pas plus sur cette pièce que celui qui arrive à la lire avec attention. […] Je ne sais pas qui est Godot. Je ne sais même pas, surtout pas, s’il existe. […] Quant à vouloir trouver à tout cela un sens plus large et plus élevé, à emporter après le spectacle, avec le programme et les esquimaux, je suis incapable d’en voir l’intérêt. Mais ce doit être possible. »

Etrange comme Beckett rejoint ici une de mes interrogations sur le fait d’écrire et sur ce qu’un auteur a bien voulu dire. On cherche toujours le sens profond des choses. Ici, bon nombre de personnes ont vu dans Godot une sorte de dieu. Il a démenti, avec cette simple phrase. Un peu comme un sourire ironique, l’air un peu content d’avoir réussi à se faire se poser des questions aux gens, questions auxquelles ils n’auront jamais de réponses.

Home sweet …

Par défaut

desert-wadi-rum-229165Hier, comme beaucoup de monde, j’ai regardé « Home », de Yann Artus Bertrand. Parce qu’il s’agissait de la journée mondiale de l’environnement, j’ai eu au taf également une sensibilisation à l’environnement, puisqu’un audit ISO 14001 se profile à l’horizon. Aucun commentaire à ce propos, je risque de m’agacer sinon.

Donc, durant cette sensibilisation, une simple phrase :

Consommation journalière d’eau potable par un habitant des US : 100L
Consommation journalière d’eau potable par un habitant de Somalie : 5L

La photo ci-contre montre des champs, en plein désert.

Ce film montre une atroce réalité. Des images sublimes mais un profond désespoir finalement. La prise de conscience, pas vraiment nouvelle il faut l’avouer est néanmoins rude. Y-a-t’il une solution pour sauver notre planète ?

Est ce que nous pouvons faire quelque chose pour la sauver ? Et pour nous sauver ?
– Devenir végétarienne, même si avouons le, j’aime un peu trop la viande pour y songer sérieusement. Pourtant, ce simple geste, de cesser de consommer de la viande et du poisson réduirait considérablement les besoins en céréales du globe, et donc les besoins en eau, et donc les besoins en énergie, la pollution des sols etc…
– Réduire ma consommation en bien de consommation courante, comme l’électroménager, les ordinateurs, les voitures etc etc… Difficile vu notre mode de vie d’y songer sérieusement.
– Les petits gestes pour l’environnement, à faire au quotidien. Il me semble si dérisoires… Est-ce que vraiment couper l’eau lorsque je me brosse les dents va changer quelque chose à tout cela ?

mine-charbon-a-ciel-ouvert-301086La polution vue du ciel à quelque chose de poétique. Néanmoins, il s’agit toujours de polution, de poison. De choses qui peuvent tuer l’homme. Mais finalement, cela ne serait pas si grave. 6 milliards. Nous sommes 6 milliards. Et nous tuons une partie, voir totalement la vie sur terre. Mon coté optimiste me fait dire que ce n’est pas si grave et la vie trouvera bien un moyen de s’adapter. Nous aurons disparu et sur les ruines de notre bêtise, d’autres choses se mettront en place. Etrange sentiment que d’avoir peur à la fois du futur et de se dire que finalement, cela serait sûrement mieux.