Archives Mensuelles: janvier 2009

Into the wild

Par défaut

intothewildEtant malade, j’ai tout le temps pour voir certains films que je n’ai jamais pris le temps de voir. Et on arrive à ce film, « Into the wild ». Une vaste fuite en avant, d’un adolescent qui choisit de fuir la société moderne, de tout rejeter en vrac… De partir, à la découverte du monde et de la nature. Une sorte de parcours initiatique qui se termine mal. Très mal.

Plusieurs reflexion, suite à ce visionnage.

L’unique scène de violence du film est du fait des hommes. On voit un homme en frapper un autre. Les scènes où on a l’impression que le héros est vraiment en danger sont des scènes où il est en ville, au milieu de sdf… L’analogie du rat des villes et du rat des champs. Et je me demande encore une fois comment on peut tolérer ceci à nos portes. Comment on peut tolérer que certaines personnes n’aient pas de toit, pas de quoi vivre… Le cas de cet adolescent est particulier, il a lui-même refusé la société, il s’en est enfui, il a jeté son argent pour vivre sa vie sans ce genre de contraintes… Mais il existe tant et tant de personnes qui ne font pas ce choix. Et qui en souffrent. Et qui sont confrontés à ce que je ne pourrais jamais imaginer. Qui tous les jours luttent pour des besoins élémentaires comme manger, boire, se laver… Je ne parle pas des gens en Afrique, mais des gens qui sont en bas de chez moi parfois, ces gens que l’on évite soigneusement, ou à qui on offre une pièce ou une clope du bout du doigt. Des êtres humains qui vivent dans la rue. Comment nos sociétés peuvent tolérer celà ? Comment je peux tolérer cela ? Un sentiment d’impuissance et de rage parfois, mais comme tout le monde, je le noie sous mes propres besoins alimentés par cette société de consommation.

La seconde chose de marquante dans ce film, ce sont les rencontres. Il a eu la chance de rencontrer des gens formidables. Des belles histoires, écrites sur un coin de table. Des liens troublants, des destins qui se croisent. Des mains tendues, sans contre-partie… Et j’aime cela. Cela me réconforte avec le genre humain, de me dire qu’il existe des gens capable d’abnégation, capables d’aider l’autre pour rien. Simplement pour… pour un sourire, un bon moment, pour aider, voilà tout. J’aimerai être de ces gens-là. Des gens biens.

La troisième chose : l’abandon. Il est parti, en colère, pleins de haine contre ses parents. Sans leur avoir rien dit, sans même que ces derniers s’en rendent compte. Combien de fois passons-nous à coté des choses importantes pour les autres ? Combien de fois blessons-nous les gens s’en même en avoir conscience ? Il a agi en égoiste. Parfois, j’ai envie de faire de même. M’enfuir, loin, sans prévenir quiconque. Juste un sac sur le dos, un peu d’argent en poche et mes yeux pour voir. Mais, je pense aux autres. J’imagine la detresse de ne rien savoir. Y a t’il pire détresse que d’ignorer si l’autre est ne serait-ce qu’encore en vie ? Pour un parent, cela doit être la pire des choses. Ne pas savoir si son enfant est vivant ou mort. Et le parcours des parents est significatif. Ce deuil, cette absence, cette perte les rend plus humains, leur fait prendre conscience des choses importantes. C’est effrayant de penser, que pour la majeure partie des gens, il est necessaire de subir une perte pour comprendre où se cache l’essentiel.
Et je m’interroge : suis-je différente ? Ai-je besoin, également, d’une perte pour comprendre ce à quoi je tiens ? Pour faire la part des choses entre le futile et l’essentiel ?

Alerte orange… Ou plutot alerte blanche !

Par défaut

Toujours à la recherche du titre le plus naze qui soit, ma quête continue, je ne désespère pas.

Aujourd’hui, alerte orange sur la région parisienne… Alerte  à la neige. Agréable de se retrouver sous les flocons, l’impression un instant de redevenir une enfant.

Pourquoi ai-je systématiquement envie de courir en ouvrant la bouche lorsqu’il neige ? Espérer attraper un petit flocon au passage… Les adultes ont tendance à redevenir des enfants en cas de neige… Ils lancent des boules de neige, ils sourient bêtement, remisent leur parapluie et acceptent de se faire mouiller les cheveux… C’est amusant de constater que la neige rend le sourire à tout le monde, même aux plus sérieux… J’aime tout ce blanc… J’aime l’idée de faire des batailles de boules de neige. J’aime le son de la neige lorsqu’elle tombe, ou plutot cette absence de son… Et j’aime le son de mes pas sur une neige toute fraiche.

Aujourd’hui, c’était étrange. Les rires des enfants résonnent dans les jardins, alors que d’habitude, on entend le bruit des téléviseurs.  Les voitures sont recouvertes de neige et par endroit, des trous… des traces de doigts, de batailles. On imagine aisément les rires et les boules de neige qui ont donné lieu à ces lignes de voitures à moitié rongées… Après, s’agissait il d’enfants ? D’adolescents ? D’adultes ?

T’es là hein ?

Par défaut

guinness-irlandeBen oui…

C’est étrange comme un petit peu du passé suffit à faire sourire. Comme des bavardages autour d’une bière, sur un canapé ou dans un bar peuvent donner pour un instant un sentiment fort de plénitude et une immense envie que ça continue. Que ça revienne vite.

Réaliser d’un coup que finalement, les amis sont là. Et que ça fait un bien fou, tout à coup, de s’en rendre compte. Que le passé forge le présent et que le présent est la base de l’avenir. Se rendre compte, d’un simple petit mot  » Ca fait plaisir que tu sois venue ». Et s’interroger sur pourquoi ne pas venir plus souvent…

Finalement, ça doit servir à cela… A faire sourire.