Pas parisienne ?!

Par défaut

notre-dame

Je vis à Versailles, depuis 3 semaines… Et je pensais vivre à Paris. Et stupeur et surprise, je découvre qu’il n’en est rien. Que je vis en banlieue…

Dans ma jolie province natale, toute l’Ile de France est dénommée Paris, du moins tant que l’on est proche d’un RER ou d’un métro. Mais ici, il n’en est rien. Je me découvre donc banlieusarde… Cela doit faire sourire les parisiens cette remarque…

Pour moi, la banlieue avait un coté très…. très… Pas terrible, quoi. Parce que j’imaginais en disant ce mot des banlieues dortoirs, avec des pavillons à perte de vue et personne dans les rues durant la journée… Ou des tours, immenses et désolées, défraichies, comme il se doit… Et dans cette dernière vision, également une autre vision de voitures volées, détruites, brulées… Et bien, visiblement.. non ! La banlieue, cela peut aussi être des petites villes comme Versailles ou Velizy, toutes tranquilles et mignonnes, bien vivantes…

Et je découvre, en même temps que cela, les désavantages de la banlieue… Des désavantages à vivre à moins de 5 minutes de la presque-campagne ? A avoir un petit appart bien moins cher qu’à Paris même ? Alors que je suis à 5 minutes à pied d’une station de RER… Et bien, oui…

Parce que je me transforme systématiquement en Cendrillon lorsque vient minuit et que je suis sur Paris… Moi qui n’ai jamais eu l’âme d’une princesse, me voilà obligée de m’éclipser en pleine soirée, afin de pouvoir rentrer chez moi… Parce que le RER finit à 00h00.. Evidemment, il existe des bus de nuit mais bon. Un service minimum du RER serait quand même pratique les week-end, ou un dernier RER qui se termine à 1h du mat’…

Je découvre aussi les joies de faire ses courses. Nul supermarché, que des petites supérettes et leur prix exorbitants… Parfait pour une plaquette de beurre, mais impossible d’imaginer d’y faire ses courses régulièrement. Tout un mode de vie à revoir, à repenser. C’est étrange en fait…. J’ai l’impression de devoir réapprendre certains réflexes, certaines choses. En en discutant avec un ami, pur parisien, il m’a lâché un : ben va au resto ou fais toi livrer… Ah, donc, voilà comment on survit à Paris ? On ne cuisine pas ? On vit dehors.

Mais moi, je ne suis pas parisienne, j’avais oublié. Et donc, je dois rechercher un supermarché et faire attention aux jours ou je fais mes courses. Parce que j’ignorais que les vendredi soirs, il fallait compter presque 30 minutes, coincées dans les bouchons, pour espérer rentrer chez moi et finir les dix derniers kilomètres…

Je suis persuadée que dans quelques temps, cet article me fera sourire. J’aurai perdu cet effet oeil neuf, la découverte de cet univers que je pensais connaître. Nous sommes en France, mais tout est différent…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s