Des relents de droite…

Par défaut

Je m’étonne parfois. J’ai lu un article, à propos d’un homme qui ne vivait qu’avec une allocation d’aide car définit comme incapable de travailler. Un être hors du système en somme, pour des raisons physiques ou mentales, incapable de travailler.

Et là ou je me suis étonnée moi-même, c’est qu’en lisant l’article, au lieu de me dire : pauvre homme, on lui coupe ses allocations, j’ai pensé que putain, c’est quoi ce mec incapable de bosser ? Parce que je ne conçois que difficilement que l’on ne puisse rien faire… Rien du tout, cela me semble complètement incongru. Surtout quelqu’un capable de se servir d’un ordinateur…

Je sais que le travail aujourd’hui, ce n’est vraiment pas évident d’en trouver… Mais voilà, on se force non ? A faire des choses que l’on aime pas, à sans forcément compter sur pierre, paul ou jacques. Et voilà comment, j’en suis venue à me dégoûter moi-même… A avoir soudain, une terrible envie de vomir en m’écoutant parler… J’ignore tout de cet homme, totalement ce qui l’empeche de travailler, mais mon premier instinct, ça a été que ce n’est pas juste que lui ne fasse rien alors que tout le monde se force, à bosser pour des tafs de merde, payés avec un lance-pierre…

Et je reste sur ma ligne. D’un coté, l’envie de comprendre, de ne pas juger et de me dire que finalement tant mieux pour lui qu’il soit dans une société qui lui permette de vivre (ou lui permettait de vivre) sans travailler. Et de l’autre coté, le coté : oui mais c’est pas juste que lui puisse le faire. Mais en sourdine, une autre voix me hurle : mais tu ne sais rien de ses raisons ! Il a sûrement quelque chose de grave, c’est rare une allocation comme ça…

Bon très bien, la petite voix a gagné. Mais une autre voix me souffle que ce monsieur n’est sûrement pas un profiteur, mais que des profiteurs du système y’en a un paquet… Et que voilà. Et que voilà quoi ? C’est pas juste ? Certes non, mais il vaut mieux une société où quelques uns abusent d’un système d’aide, plutot qu’une société sans aide.

Et voilà ! Quoi donc ? Ben tout un poste pour qu’au final, je reste sur mes convictions : que finalement, même s’il y a des abus, c’est mieux ainsi. Mieux qu’on ne soit pas sans ressource, mieux qu’on puisse se retourner en cas de pépin. Tout ça pour me rendre compte, que encore et toujours, j’suis à gauche. Finalement, j’assume.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s